Accueil du site > Membres > TAVOILLOT Pierre-Henri (MCF-HDR) > Enseignements Paris IV - Année (...) > L1 S1 — DEFINITIONS DE LA PHILOSOPHIE > Cours n° 1- Introduction
logo

Cours n° 1- Introduction

par Daniel Andler (1er/12/2008)

1) Définitions de la philosophie - Introduction

On pourrait débuter ce cours par un petit florilège des définitions parmi les plus célèbres de la philosophie. « Amour de la sagesse », pour Pythagore, qui ouvrait le bal et entendait ainsi distinguer la philosophia de la sophia (la sagesse), censée être réservée aux seuls dieux. A peu près à la même époque, on parle de la philosophie comme « étonnement » - (thaumazein repris par Platon et Aristote , Métaphysique, A2), une manière d’inviter à sortir de l’espèce de familiarité qu’imposait la vision mythologique, traditionnelle et religieuse du monde. Il y aura aussi : la philosophie comme théoria (de theo orao - je contemple le divin ... avec mes yeux d’humains). Avec Socrate, « philosopher, c’est apprendre à mourir » (selon le mot de Cicéron, Tusculannes, I, XXX, 74 repris par Montaigne, Essais, I, XIX), c’est-à-dire prendre conscience de sa finitude et « vivre heureux, autant que possible, en attendant la mort ». Pour Epicure, « la philosophie est une activité, qui, par des discours et des raisonnements, nous procure la vie heureuse ». Pour Hegel, la philosophie est « la forme supérieure de l’esprit absolu ». Pour Bergson, elle se définit comme la « science relative de l’absolu, la science humaine du divin » (Compte rendu, Principes de métaphysique et de psychologie de Paul Janet, novembre 1897, Mélanges, p. 377). Marx exigera de changer de regard : « La philosophie jusqu’ici s’est contentée de penser le monde ; il convient désormais de le transformer ». etc.

1) La philosophie comme réflexion personnelle : le philosophe est-il un spécialiste du général ?

Les Rivaux (Amatores, 133 c 1-11) : trad. J. Souilhé, Platon, Œuvres complètes, t. XIII, 2, Dialogues suspects, Paris, Les Belles Lettres, 1930.

Socrate pose la question « qu’est-ce que philosopher ? » Son interlocuteur lui répond en citant Solon : « Je vieillis en ne cessant d’étendre mon savoir ». « Je crois de fait qu’il faut toujours acquérir du nouveau que l’on soit jeune ou vieux, si l’on veut devenir philosophe, afin d’apprendre le plus que l’on pourra durant sa vie » (4-5) ; et finalement il avoue que, pour lui, la philosophie est identique à l’érudition (polumatheia). Socrate lui demande donc quelles sciences devrait apprendre celui qui s’occupe de philosophie et il répond : Les plus belles sciences, celles qui sont du domaine de l’intelligence, non du travail manuel. Certes, reconnaît-il, cela ne signifie pas qu’il faut maîtriser toutes les sciences comme les spécialistes, mais il doit en savoir ce qu’il convient à un homme libre et cultivé. La réponse de Socrate est une sorte de piège (métaphore du pentathlon) : « Est-ce que je comprends bien ce que tu entends par le philosophe ? Tu m’as l’air de le rapprocher de ce que sont dans les combats ceux qui se livrent aux exercices du pentathlon, par rapport aux coureurs et aux lutteurs. Les premiers, en effet, sont inférieurs à ceux-ci dans les exercices qui leur sont propres et ils viennent après eux, mais relativement aux autres athlètes, ils tiennent le premier rang et l’emportent sur eux. Peut-être est-ce un peu cela que produit, d’après toi, la philosophie chez ceux qui en font leur occupation : ils sont inférieurs aux techniciens en ce qui concerne l’intelligence des arts, mais ils occupent le second rang et sont supérieurs aux profanes. Ainsi celui qui cultive la philosophie est-il en tout un homme de second ordre. C’est bien quelqu’un de ce genre que tu me parais décrire » (135 e1-136 a 4).

2) La philosophie comme histoire de la philosophie

Un philosophie, c’est d’abord quelqu’un qui lit de la philosophie et qui comprend ou fait semblant de comprendre ce qu’il lit ; c’est éventuellement quelqu’un qui écrit de la philo et qui comprend, ou fait semblant de comprendre, ce qu’il écrit ! Mais il écrit en général sur ce qu’il a déjà lu. Il ne faut pas totalement négliger cette définition de la philosophie, même si elle n’est sans doute pas suffisante, car elle ne répond pas à cette question : pourquoi lire de la philosophie ?

3) La philosophie comme métaphysique ou comme science

Réponse : pour comprendre le monde réel et penser l’absolu. C’est la définition de la métaphysique. Elle est proche de la science sans se confondre avec elle. Mais le progrès des sciences a déconsidéré la métaphysique : le goût de l’exactitude a discrédité la quête du sens. La philosophie se réduit-elle au rôle ingrat de poisson pilote de la science, à l’épistémologie ?

4) La philosophie comme éthique

L’interrogation métaphysique a toujours été liée à une interrogation éthique : comment vivre ? La philosophie est-elle synonyme d’éthique ?

5) La philosophie comme pensée de la finitude humaine

L’éthique n’est pas le dernier mot de la philosophie. Puisque derrière la question « comment vivre ? » vient inévitablement se poser la question « pourquoi vivre ? ». A côté de la mythologie et de la théologie, la philosophie vient apporter des réponses. Toute la difficulté de la philosophie moderne, c’est qu’elle semble avoir perdu tout point fixe pour y répondre. Elle ne peut compter que sur l’homme pour répondre à la question de la finitude de l’homme. L’homme peut-il trouver en lui-même les ressources de sa propre consolation : voilà le problème de la philosophie moderne. Celui qui résume le mieux cette tâche est Kant lorsqu’il définit la philosophie par ces trois questions : 1) Que puis-je savoir ? : philosophie théorique. 2) Que dois-je faire ? : philosophie pratique. 3) Que m’est-il permis d’espérer ? = philosophie religieuse. Et pour lui, ces trois questions se ramènent à une seule : 4) Qu’est-ce que l’homme ?


PLAN DU COURS

1) La philosophie comme histoire de la philosophie • Philosophie et mythologie : naissance de la philosophie. • Philosophie et religion : la tradition herméneutique. • L’invention de l’histoire de la philosophie (Kant ou Hegel)

2) La philosophie comme métaphysique • Qu’est-ce que la métaphysique ? Ontique, ontologie, onto-théologie. • Fins de la métaphysique ? Kant, Hegel, Heidegger. • Devenir de la métaphysique : déconstruction ou reconstruction ?

3) La philosophie comme éthique • Science, droit, morale • Ethique normative, éthique appliquée, méta-éthique • Devoir ou bonheur ?

4) La philosophie comme quête de la sagesse • Sagesse et salut • La voie du désespoir • Perspectives de consolation : le cosmos, le divin, l’humain.


Dans cette rubrique