Accueil du site > Membres > RENAUT Alain (PR) > Enseignements 2008- 2009 > Justice, économie, sociétés : la (...)

Justice, économie, sociétés : la justice globale (validation du séminaire de M2)

Indications sur la validation du Mémoire principal et du suivi du Séminaire de M2 (2008-2009)

I Mémoire principal

J’entends par Mémoire principal celui dont vous m’avez proposé le sujet quand j’ai signé votre feuille jaune d’inscription en Master 2. Les travaux d’étape sont les suivants : 1) D’ici au 15 novembre, m’envoyer par mail (alainrenaut@gmail.com) 4500 signes (trois pages de 1500 signes) explicitant pour vous le sujet sur lequel nous sommes entendus : que signifie au juste le titre, càd quels problèmes ou questions recouvre-t-il pour vous ? Inutile de structurer encore ces problèmes ou questions diverses en une problématique articulée : il s’agit seulement de voir qu’on s’entend bien sur ce que vous allez faire. Ce mail que vous m’adressez contient aussi : vos noms, prénoms, adresse postale, adresse mail, intitulé du sujet, indication de trois ouvrages dont vous pensez qu’ils vont vous servir (tous renseignements que je garderai dans un fichier général sur les mémoires principaux en cours, de façon que nous puissions nous y reporter ensuite en cas de problème) : je répondrai dans les 8 jours qui suivront.

2) Le 15 janvier, remise au secrétariat, exclusivement sous la forme d’un tirage papier, d’une introduction provisoire contenant la problématique du mémoire (c’est-à-dire une version structurée et articulée des questions et problèmes retenus), ses enjeux, une esquisse des étapes que le mémoire devra parcourir à vos yeux. Ce document fait de 10 à 12 feuillets ( il s’agit de pages de 1500 signes, soit 25 lignes de 60 signes par page - les espaces étant comptés dans les signes ). Il doit être relié ou agrafé correctement, il faut faire figurer sur la première page uniquement vos noms, prénoms, indication de l’année d’étude (M2), spécialité de Master, titre du mémoire, nom de son directeur. Le tout, relié ou agrafé, contient une bibliographie de moins de deux pages. Je noterai ces travaux, qui vous seront rendus à la première séance du second semestre. Le cas échéant, je recevrai ceux d’entre vous qui me sembleront en difficulté pour voir comment recadrer leur travail.

3) Le 30 mars, envoi par mail d’un plan du mémoire : 3000 signes au maximum, contenant les titres de parties et de chapitres, éventuellement ceux des sous-chapitres. Je vous donne ou non, par retour de mail, mon accord sur ce plan.

4) Le 28 mai au plus tard, dépôt du mémoire achevé au secrétariat, en deux exemplaires (il y a un autre membre du jury lors de la soutenance). Il faut donc, en comptant votre propre exemplaire (que vous aurez avec vous le jour de la soutenance), prévoir la confection de trois exemplaires. Le mémoire, qui est paginé, ne compte pas moins de 80 pages, pas plus de 120. Inutile d’abuser des pages blanches. On n’imprime que le recto des feuilles. Mêmes remarques sur la page 1 que ci-dessus. Ne pas dépasser 1500 signes par page, pour que le mémoire soit lisible. Notes en bas de page. Bibliographie et table des matières à la fin. Pour la table des matières, la rédaction des notes, la façon dont les ouvrages sont indiqués, se reporter à un ouvrage publié par un éditeur français et procéder de la même manière : aucune fantaisie n’est acceptée, aucune marge de manœuvre par rapport aux usages éditoriaux n’a lieu d’être envisagée. La bibliographie est classée : là aussi, voir comment c’est fait dans un ouvrage publié par un éditeur français et choisir son principe de classement. Je vous aurais signalé, de toute façon, dans les travaux d’étape antérieurs ce qui, éventuellement, vous aurait échappé à cet égard.

Chacun de ces travaux peut donner lieu à des navettes, y compris le dernier. En cas d’insuffisances graves, le directeur de mémoire peut en effet prendre la décision de ne pas faire soutenir à la session concernée, et demander des modifications pour la session suivante.

Bien évidemment, vous pouvez me contacter par mail pour tout point particulier ou toute question ponctuelle qui vous fait difficulté, ou pour demande d’indications sur des lectures. Pour des interrogations plus radicales (changement de sujet, reformulation, redéfinition de celui-ci, problème de fond, problème de plan, etc.), prenez rdv avec moi au secrétariat : nous en parlerons. D’une façon générale, considérez que le modèle du mémoire est un des livres de philosophie, de type universitaire, que vous utilisez : en regardant l’un de ces livres, vous trouverez vous-même la réponse à la plupart des questions de méthode ou de construction que vous vous posez. Pour les autres, contactez-moi sans attendre. Contactez-moi aussi pour toute question dont la réponse ne serait pas présente dans ces indications. Et mettez-vous sans attendre au travail de lecture et de réflexion. L’année est extrêmement courte. Bon courage.

II Validation du séminaire « Justice, économie et sociétés : La justice globale »

Ce séminaire se valide par un mini-mémoire (MM) de 10 à 15 feuillets ( il s’agit de pages de 1500 signes, soit 25 lignes de 60 signes par page - les espaces étant comptés dans les signes ) sur un sujet que chaque étudiant me propose, selon les modalités indiquées ci-dessous, et que je lui déclare accepter. Le sujet doit entretenir une relation avec le thème du séminaire, du moins avec un aspect de ce thème. Sauf cas particuliers mentionnés ci-dessous, le MM me sera remis exclusivement sous la forme d’un tirage papier, par dépôt au secrétariat (pour enregistrement par la responsable administrative de l’UFR), aux dates indiquées ci-après..

Procédure et étapes :

1)D’ici au 30 novembre, vous me proposez un thème, exclusivement en m’adressant un mail (alainrenaut@gmail.com) à la fois pour que je puisse enregistrer votre adresse mail et conserver une trace du sujet auquel je donne mon accord, éventuellement par modification légère, si besoin est, de ce que vous me proposez. Ce mail que vous m’adressez contient aussi : vos noms, prénoms, adresse postale, adresse mail, intitulé du sujet proposé, argumentaire (justification, enjeux) en 5 ou 6 lignes, indication de trois ouvrages dont vous pensez qu’ils vont vous servir (tous renseignements que je garderai dans un fichier général sur les inscriptions de ces sujets de MM) : je répondrai dans les 8 jours qui suivront. Je n’accepterai plus de sujets au-delà de cette date du 30 novembre - les étudiants n’ayant pas accompli cette première étape à cette date se trouvant par là même renvoyés à une validation lors de la seconde session (septembre), pour laquelle il leur faudra néanmoins avoir convenu d’un sujet avec moi avant (cette fois) le 15 mars. Cette première étape, qui ne peut se faire que par mail, est donc indispensable (je n’accepterai pas de sujet transmis sur un morceau de papier ou oralement). Pensez-y assez vite, parce qu’il peut y avoir plusieurs allers-retours de mail (sujets identiques, sujets mal formulés, ou sans rapport avec le thème du séminaire). Important : les sujets peuvent soit être thématiques, soit porter sur un auteur, soit concerner un secteur d’application, soit prendre la forme d’une traduction de l’anglais ou de l’allemand. Je vous propose, pour ceux qui veulent faire une traduction de l’anglais, de vous concentrer sur deux types de matériaux :

En liaison étroite avec mon thème, un texte de 12 à 18 pages choisi dans un des ouvrages suivants (m’écrire en indiquant les pages choisies, je vous dirai si j’accepte ces pages, pour éviter les chevauchements de traduction) : 1. The Global Justice Reader, éd. par Thom Brooks, Blackwell, 2008 (38 textes classiques ou contemporains sur la problématique, chacun plus long que la traduction demandée, appelant donc une proposition de découpage) (il faut en retirer les textes traduits en français : Hobbes, Rawls, Kant, Habermas, Thomas d’Aquin, Charte des Nations-Unies, les deux textes de Walzer). 2.Current Debates in Global Justice, éd. par Gilliand Brook et Darrel Moellendorf, éd. Springer, 2005 (14 études, dont celles de Thomas Pogge, Charles Beitz, David Miller, Mathias Risse, etc.) (certains de ces textes ont été traduits l’an dernier : merci donc de me proposer, si vous choisissez ce recueil, deux textes, pour avoir plus de chances d’éviter une navette supplémentaire). 3. Thomas Pogge, Word Poverty and Human Rights, 1ère éd., 2002, 2e édition, 20008, Cambridge, Polity, 2002 (même remarque que ci-dessus). Un certain nombre de pages de ces volumes et leurs tables des matières sont accessibles en ligne, sur le site de Google-Recherche de livres.

En liaison moins directe, mais pour ceux qui entendent travailler sur un grand auteur classique et parce que nous rencontrerons l’utilitarisme à plusieurs reprises comme une position forte dans les débats sur la justice globale (voir Peter Singer notamment), vous pouvez traduire une dizaine de pages dans Bentham, An Introduction to the Principles of Morals and Legislation, 1780, éd. Burns-Hart. Pour un MM consacré à ce texte, m’écrire un mail, j’indiquerai moi-même les pages que je vous affecte (pour être équitable, certains passages étant très simples, d’autres très difficiles - et je ne souhaite ici aucun chevauchement) (c’est difficile, mais exaltant, et il existe a) une version synthétique de Etienne Dumont, au XIXe siècle, 1829, qui donne, en bibliothèque, une idée du contenu, et une traduction des 4 premiers chapitres dans C. Audard, Anthologie de l’utilitarisme, tome I) Compte tenu du type de travail à effectuer par moi pour évaluer ces traductions de Bentham, je demande, dans ce cas et dans ce cas seulement, de me remettre à la fois la traduction en tirage papier et par envoi mail.. D’autres traductions sont évidemment possibles (notamment à partir de l’allemand, ou, pour l’anglais, sur le site de la chaire Hoover de l’Université de Louvain-La-Neuve (www.uclouvain.be/chaire-hoover) ), il faut me les proposer. Bien sûr, la traduction n’est qu’un type de MM, tous les autres types d’études restent entièrement possibles. De toute façon, le choix, quel qu’il soit, se fait dans le délai indiqué et de la façon indiquée ( mail ).

2) Le 15 janvier au plus tard, vous déposez au secrétariat un texte, sous la forme d’un tirage papier. Ici, deux cas de figure sont à distinguer :

Si ce séminaire est votre séminaire I (c’est-à-dire si je dirige votre mémoire principal), il faut remettre le 15 janvier le MM achevé. Le MM doit faire 15 pages au maximum (de 1500 signes), je ne lirai pas au-delà de la 15e page, il doit être présenté selon des pages de ce format, je ne lirai pas des mémoires présentés autrement, et vous renverrai à la seconde session (ce sont là les conditions de la production d’un travail de recherche, à quoi ces MM doivent vous préparer) (j’exclus évidemment les MM écrits à la main ). Le MM doit être relié ou agrafé correctement, Il faut faire figurer sur le MM vos noms, prénoms, indication de l’année d’étude (M2), spécialité de Master, titre du séminaire, indication sur le fait que vous validez ainsi votre premier séminaire. Le tout, relié ou agrafé, contient une bibliographie de moins de deux pages. Je noterai ces MM, qui ne vous seront pas rendus ( nous sommes ici soumis à l’obligation d’archivage - comme pour les copies d’examen ). Dans ce cas de figure (MM remis en janvier, comme validation du séminaire I), les crédits de second semestre validant le suivi de la deuxième moitié du séminaire vous seront attribués lors de la soutenance de votre mémoire principal, en juin ou en septembre, après une brève interrogation qui, à la fin de votre soutenance, portera sur une séance précise du second semestre.

Si ce séminaire est votre séminaire II ou ( pour les étudiants d’autres spécialités ) III ( c’est-à-dire si je ne dirige pas votre mémoire principal ), il faut déposer le 15 janvier au plus tard un texte qui correspond à une présentation en cinq pages (pages de 1500 signes ) du sujet que j’aurai retenu et dont vous aurez commencé à explorer les contours ( cela correspond à une grosse introduction, avec une esquisse de plan et une bibliographie un peu plus développée qu’en novembre ) : la remise de ce document est indispensable pour valider le suivi du premier semestre de ce séminaire et obtenir les crédits qui y correspondent. Ici seul un tirage papier vaudra remise du travail, parce que je ne peux pas imprimer plusieurs dizaines de textes de ce type. Il ne sert à rien de m’envoyer ces textes par mail : je ne les ouvrirai pas ( sauf pour les étudiants en séjour à l’étranger, et encore préférerais-je l’envoi postal d’un tirage-papier ). J’attribuerai une note à ces documents, que je vous rendrai à la première séance du second semestre, avec, le cas échéant, des indications pour la poursuite de votre travail, pour son infléchissement ou pour son amélioration si besoin est. Dans ce cas, et dans ce cas seulement ( étudiants inscrits en deuxième ou troisième séminaire ), le 28 mai au plus tard, vous déposez au secrétariat le MM achevé, dans les mêmes conditions qui ont été indiquées ci-dessus aux étudiants remettant leur MM le 15 janvier ( tirage papier, 15 pages au maximum, etc. : voir plus haut 2, A, la description du mémoire achevé ). Je noterai ces MM, qui ne vous seront pas rendus ( nous sommes ici encore soumis à l’obligation d’archivage - comme pour les copies d’examen ).

3) Si le premier travail, celui de janvier, n’est pas remis, vous pouvez procéder de la façon suivante à la seconde session :

Si ce séminaire est votre premier séminaire, rendre le MM achevé au secrétariat le 5 septembre au plus tard ( seconde session, avec la même procédure d’interrogation sur le second semestre lors de la soutenance de votre mémoire principal ) ;

Si ce séminaire n’est pas votre premier séminaire, rendre le MM achevé au secrétariat au plus tard le 28 mai ( première session ) ou le 5 septembre au plus tard ( deuxième session ) : quel que soit votre choix ( première ou deuxième session ), il faudra valider le suivi du premier semestre à la 2e session en remettant avant le 5 septembre un texte de six pages prenant la forme, non pas d’une ébauche du MM ( puisqu’il aura été remis, achevé, en mai ou sera remis en septembre ), mais d’une fiche de lecture consacrée (avec mon accord préalable) à un ouvrage de la bibliographie de votre MM ( mêmes conditions formelles qu’en janvier ).

Trois remarques complémentaires :
-  Le recopiage du MM, pour partie ou en totalité, sur internet ou dans un volume écrit, est extrêmement aisé à identifier. Google, wikipedia sont des instruments de travail, mais rien ne doit en être recopié. Dans les cas de plagiat avéré (deux l’an dernier au premier semestre ), la note est de 0 sur 20.
-  Attention aux abandons en cours d’année : le taux est très élevé, généralement par renvoi des travaux à remettre au deuxième semestre ( par exemple, on ne remet pas le premier travail ), puis à la deuxième session - avec un gros risque d’abandon durant l’été. Suivre avec rigueur, notamment dans les dates, la procédure indiquée est un moyen de réduire ce risque.
-  Attention aux règles régissant les travaux de recherche : toutes ces règles concernant les notes, la façon de les faire, ce qu’il faut y indiquer, dans quel ordre, ou concernant la bibliographie, la manière de classer les ouvrages, de les indiquer, etc., est impératif. Dans les traductions, vous traduisez tout, y compris les notes. Des indications vous seront ici fournies dans les TD : toute hésitation de votre part peut être surmontée par un geste simple - celui d’ouvrir un des livres dont vous vous servez, et de procéder exactement comme le fait l’auteur ( les normes sont celles de l’édition française ).

Là encore, bon courage !

Alain Renaut Professeur de philosophie politique et d’éthique (Université de Paris-Sorbonne)

Séminaire de Master II et de Doctorat 2008-2009

JUSTICE, ECONOMIE ET SOCIETES : LA JUSTICE GLOBALE

Calendrier

Premier semestre (calendrier définitif)

Séance I, jeudi 9 octobre : Présentation du séminaire, introduction thématique (Alain Renaut)

Séance II, jeudi 23 octobre : Lukas K. Sosoé, Professeur d’éthique à l’Université du Luxembourg : « Comment traiter philosophiquement du développement ? »

Séance III, jeudi 6 novembre : Christian Arnsperger, Chercheur qualifié en sciences économiques au FNRS (Belgique), Chargé de cours à l’Université catholique de Louvain : « Rien n’est jamais tout à fait suffisant : Apports de la philosophie existentielle à la compréhension des enjeux du développement économique ».

Séance IV, jeudi 20 novembre : Hervé Cassan, Professeur de droit international à Paris-V, actuellement Professeur invité à la Louisiana State University (Etats-Unis), Président de l’Observatoire des Relations internationales, du Développement et de la Francophonie, ancien ambassadeur de l’Organisation internationale de la francophonie auprès des Nations Unies : « La Justice globale vue des Nations-Unies ».

Séance V, jeudi 4 décembre : Zaki Laïdi , Directeur de Recherche en sciences politiques au CNRS (Centre d’études européennes, Science Po, Paris), Professeur à l’Institut d’Etudes Politiques de Paris, Professeur au Collège d’Europe de Bruges : « L’Organisation Mondiale du Commerce (OMC) est-elle une institution équitable ? »

Séance VI, jeudi 18 décembre : Sophia Mappa, Professeure de sociologie à Paris-VII, Directrice du Forum de Delphes (Centre international de recherche et d’éducation au développement) : « La perception de l’altérité dans les politiques européennes de développement ».

- 

Deuxième semestre (calendrier prévisionnel)

Séance VII, jeudi 12 février : Introduction, par Alain Renaut

Séance VII bis, jeudi 19 février (commune avec le séminaire de M1) : Cécile Fabre, Professeur de philosophie politique à l’Université d’Edimbourg : « Guerre et pauvreté ».

Séance VIII, jeudi 5 mars : Etienne Tassin, philosophe, Professeur à Paris-VII : « Cosmopolitisme et justice globale ».

Séance IX, jeudi 19 mars : Fouad Nohra, Docteur en philosophie et Sciences politiques, Maître de conférences à Paris-V (Relations internationales), intervenant auprès du Centre d’Etudes Diplomatiques et Stratégiques : « La nouvelle configuration de la mondialisation capitaliste et la problématique de la "lutte contre la pauvreté" ».

Séance X, jeudi 2 avril : Charles Larmore, Philosophe, W. Duncan MacMillan Professor in the Humanities, Brown University, Etats-Unis : « titre à venir ».

Séance XI, jeudi 30 avril : Jocelyne Couture, Professeur au Département de Philosophie à l’Université du Québec à Montréal (UQAM), membre de l’Institut d’études internationales de Montréal : « titre à venir »

Séance XII, jeudi 14 mai :

A voir, possibles :
- Hélène Ruiz-Fabbri, juriste, Professeur de droit public à Paris-I, expert auprès du Conseil de l’Europe (Direction des droits de l’homme en Europe de l’Est)
- Emmanuel Decaux, juriste, Professeur de droit public à l’Université de Paris-II, Directeur du Centre de recherche sur les droits de l’homme et le droit humanitaire.

Séance XIII, jeudi 28 mai : Conclusions, perspectives (Alain Renaut) (séance commune avec le séminaire de Master 1)


Dans cette rubrique