Accueil du site > Membres > RENAUT Alain (PR) > Publications

Publications

Dernières publications

La Philosophie, Paris, Ed. Odile Jacob, en collab. avec J.-C. Billier, P. Savidan, L. Thiaw-Po-Une, juin 2006

Table des matières LE SUJET ?La conscience ?La perception ?L’inconscient ?autrui ?Le désir ?L’existence et le temps ? LA CULTURE ?Le langage ?L’art ?Le travail et la technique ?La religion ?L’histoire ? LA RAISON ET LE REEL ?Théorie et expérience ?La démonstration ?L’interprétation ?Le vivant ?La matière et l’esprit ?La vérité ? LA POLITIQUE ?La société ?La justice et le droit ?L’Etat ? LA MORALE ?La liberté ?Le devoir ?Le bonheur


Modèle social : La chimère française, Paris, Textuel, mars 2006

Présentation de l’éditeur :

Contre ceux qui font de la seule reprise de la croissance la solution au mal social, Alain Renaut, professeur de philosophie morale et politique à l’Université Paris IV, affirme ici son refus du pari hasardeux du tout économique. car il n’est pas sûr que notre modèle social rongé par la dette, le chômage et les injustices puissent attendre ce carburant providentiel. il faut donc sanas délais et sas tabous repenser la justice sociale, faute de quoi seul l’ultra-libéralisme viendra à bout de notre modèle chimérique.


Qu’est-ce qu’un peuple libre ?, Paris, Grasset, octobre 2005

Présentation de l’éditeur : A l’heure où le débat politique fait de nouveau référence, avec insistance, mais aussi avec confusion, à la liberté du peuple souverain, il redevient indispensable de se demander ce qui fait précisément qu’un peuple peut se penser comme libre. La liberté d’un peuple se mesure-t-elle à la façon dont les droits des individus qui le composent se trouvent protégés ? Ou bien devons-nous considérer qu’un peuple libre est aussi, voire surtout, un peuple dont les vertus civiques sont suffisantes pour soutenir la participation des citoyens à la vie publique ? Deux modèles hantent ainsi notre imaginaire démocratique : celui du libéralisme politique, celui du républicanisme. Sont-ils incompatibles ? Peuvent-ils s’articuler, et à quelles conditions, l’un à l’autre ? Cet essai à la fois historique et critique entreprend de reconstruire la logique interne de ce dédoublement qui, dans les actuelles divisions de notre vie politique, joue un rôle de plus en plus déterminant, au point de subvertir les anciens clivages entre gauche et droite, ou entre progressisme et conservatisme.


Un débat sur la laïcité, avec Alain Touraine, PAris, Stock, mars 2005.

Présentation de l’éditeur :

Votée en mars 2004, la loi interdisant à l’école les " signes religieux ostensibles " a été diversement commentée mais sans donner lieu au débat de fond qu’elle appelle. Car, au-delà de la question limitée sur laquelle elle statue, elle offre le grand intérêt d’éclairer l’histoire et la politique françaises de la reconnaissance des diversités culturelles. La France règle-t-elle ce problème d’une tout autre façon que ses voisins européens ? Et que dire du Canada, des États-Unis ou de l’Amérique latine ? Traiter la loi de mars 2004 comme un révélateur des grandes options françaises en matière de laïcité, de rapport à l’État et de politique de la reconnaissance, tel est l’objet de ce débat profond, subtil et dont on sort avec plus de perplexités qu’on ne s’y attendait. Car les deux interlocuteurs partagent les mêmes valeurs républicaines, et aussi la conviction que l’État doit empêcher la constitution d’isolats dans la République. Mais à partir de cette conviction commune, que fait-on ? Faut-il penser, comme Alain Touraine, que la loi s’imposait pour marquer un coup d’arrêt à une dérive fondamentaliste ? Ou bien, comme Alain Renaut, qu’en fabriquant une loi d’exception, faite pour contenter l’opinion, on a créé un précédent grave ? Difficile question, qui mérite bien quelques heures de lecture.


Débat sur l’éthique, avec Charles LArmore, Paris, Grasset, 2005.

Présentation de l’éditeur : Bien loin d’être le produit de réflexions qui se seraient déployées conjointement mais uniquement côte à côte, cet ouvrage nous donne l’occasion de mesurer l’intérêt que peut revêtir un véritable dialogue philosophique, mené par deux philosophes, bien décidés à suivre jusqu’à son terme le fil de leurs divergences sur la question contemporaine des fondements de l’éthique. Ce dialogue se trouve ici ressaisi dans toutes les formes qui furent les siennes : discussion publique, échange de lettres et reprises critiques ultimes, et nous permet ainsi de faire le point sur la question de savoir ce qui peut conduire à dire d’un jugement moral qu’il est valide, voire qu’il est tout simplement vrai. En vérité, l’enjeu d’une fondation de l’éthique est double : il permet bien sûr de chercher à établir la « vérité » d’un jugement d’ordre moral ou la validité d’un principe d’action ; il a aussi pour fonction de circonscrire la discussion que nourrissent nos différences et nos différends. Sur quel fondement établir l’éthique ? Devons-nous, pouvons-nous, prétendre « fonder » l’éthique ? Charles Larmore et Alain Renaut ont en commun de récuser l’irrationalisme éthique. Tous deux considèrent en effet que les individus peuvent avoir accès à quelque chose qui s’apparente à une « connaissance morale » et que l’éthique peut elle-même faire l’objet d’une théorisation. Autre point d’accord entre eux : ils affichent une attitude fermement critique à l’égard de la tentative naturaliste en éthique qui, parce qu’elle juge que la connaissance ne consiste jamais qu’en une explication de faits physiques, dénie toute objectivité aux raisonnements moraux. Ces points d’accord ne suffisent pas, cependant, à établir entre Charles Larmore et Alain Renaut une ultime convergence de vues. Si les horizons philosophiques dans lesquels ils s’inscrivent les conduisent à défendre, selon des logiques différentes, le principe de l’autonomie de l’éthique et à adopter une attitude critique à l’égard du relativisme ou scepticisme, il ne suit pas de là qu’ils conçoivent identiquement la question de l’objectivité des valeurs et des normes.


Qu’est-ce qu’une politique juste, Paris, Grasset, Octobre 2004.

Présentation de l’éditeur : Cet essai renoue avec la grande tradition de la philosophie politique « pratique » telle que le philosophe John Rawls l’a conceptualisée. Un va-et-vient permanent entre la théorie et l’action, entre les « représentations du monde » et l’actualité, donne à cet ouvrage sa singularité - et sa formidable utilité. Les repères du débat politique sont aujourd’hui pour le moins brouillés. L’explosion du bloc de l’Est avait déjà fragilisé, depuis une quinzaine d’années, une gauche longtemps dominée par des schémas de pensée issus du marxisme. Ni les septennats de François Mitterrand, où les illusions ont vite cédé le pas au pragmatisme, ni les chances qu’offrit en 1997 une reconquête du pouvoir vite obérée par l’échéance présidentielle, n’ont donné lieu à un aggiornamento d’ampleur. Le séisme politique de 2002 acheva de jeter notre univers politique dans une situation d’extrême désarroi. Les échecs successifs de la droite, sur les quelques dossiers qu’elle tenta d’ouvrir depuis son retour au pouvoir, n’ont rien arrangé à cet état de confusion. Depuis le rassemblement républicain d’avril 2002 contre le Front National, le débat politique, inaudible à gauche comme à droite, a atteint ainsi son degré zéro. Seule la répétition d’alternances rapides paraît désormais pouvoir maintenir politiquement l’apparence d’une dynamique. Parce que la vie de la cité requiert des choix qui engagent une représentation de l’avenir, cet essai exprime une conviction : plus rien aujourd’hui, sur les principes ultimes auxquels nous nous référons, ne distingue suffisamment gauche et droite. Plus de justice sociale dans le respect des mêmes libertés fondamentales : qui n’adhérera à un tel programme ? Un véritable débat sur ce qui serait politiquement juste requiert avant tout, à gauche comme à droite, la capacité de faire valoir des choix. Et pour dégager les conditions d’une « politique juste », l’auteur s’emploie ici à montrer que nous pouvons mieux faire resurgir la force des principes en nous demandant, non plus seulement de quelle manière les fonder en raison, mais comment il peut se faire qu’à partir des mêmes principes, viennent à se creuser, dans la politique telle qu’elle se fait, des désaccords dans leur application. Au-delà d’une perception plus claire des principes de justice, la voie d’une politique juste requiert la capacité à mieux discerner, quand il s’agit d’appliquer ces principes, quelle est la logique des possibles. Ce qu’Alain Renaut tente de faire ici à partir de dossiers particulièrement délicats où s’est embourbée en France l’action politique la plus récente : celui de l’enseignement des langues régionales, celui de l’autonomie des universités.


La Fin de l’autorité, Paris, Flammarion, 2004.

Présentation de l’éditeur : Fragilisation de l’école, montée de l’individualisme, expérience toujours plus problématique de la parentalité jamais les modèles d’après lesquels les adultes exercent leurs responsabilités à l’égard des enfants ne sont apparus aussi énigmatiques. Ni la posture réactive - il faut réarmer les formes anciennes de l’autorité - ni le discours progressiste - on ne doit à aucun prix brader les libertés acquises - ne s’attaquent frontalement à la question décisive : les formes de pouvoir qui, dans les sociétés traditionnelles, ont fonctionné sur le mode de l’autorité (éducative, mais aussi politique, judiciaire, médicale) sont-elles encore compatibles avec la logique de la démocratie. Si l’exercice de l’autorité consiste à conférer au pouvoir une dimension mystérieuse qui le rende indiscutable, la crise de l’autorité n’est-elle pas inhérente aux sociétés qui considèrent qu’aucun pouvoir n’est légitime s’il n’a obtenu l’adhésion de ceux sur qui il s’exerce ? Curieusement, nos sociétés n’ont pas encore tiré toutes les conclusions de la conviction qui constitue leur pari le plus audacieux. Entre l’appel réitéré à réactiver purement et simplement l’autorité et l’affirmation illimitée des formes les plus spontanées de la liberté, cet essai tente d’ouvrir une voie originale : les interrogations qui traversent aujourd’hui la famille, l’école et plus généralement tous les lieux de pouvoir n’appellent-elles pas surtout à repenser les pouvoirs, voire à les consolider sur des bases renouvelées.


La Philosophie, cédélivre, Paris, Odile Jacob, 2005.

Présentation de l’éditeur : La Philosophie est un livre unique pour qui veut découvrir, comprendre ou approfondir la philosophie. Il est constitué d’une série de leçons consultables dans l’ordre que l’on voudra, selon ses goûts, ses besoins ou ses choix. Il présente les œuvres des plus grands penseurs, des classiques aux contemporains : Aristote, Descartes, Spinoza, Kant, Hegel ou Wittgenstein, mais aussi Bourdieu, Lacan, Foucault, Rawls, Rorty ou Derrida. Il aborde également les questions liées aux grands sujets actuels découvertes scientifiques (en biologie, en astrophysique...), questions posées par la bioéthique ou l’environnement, relations entre la société et la religion, nouvelles perspectives de la création artistique. Il est accompagné d’un cédérom interactif de travail, complément indispensable, comprenant plus de 600 textes d’anthologie, des dissertations corrigées, ainsi que des questions d’approfondissement et des repères philosophiques supplémentaires.


I. Ouvrages parus ou à paraître

1. Des droits de l’homme à l’idée républicaine, PUF, 1985 ( en collab. avec L. Ferry ) ; rééd., coll. « Quadrige », 1996.

2. Système et critique. Essais sur la critique de la raison dans la philosophie contemporaine, Ousia, Bruxelles, 1985 ( en collab. avec L. Ferry ), 2e éd. augmentée, 1992.

3. La pensée 68. Essai sur l’anti-humanisme contemporain, Gallimard, 1985 ( en collab. avec L. Ferry ) ; rééd. « Folio-essais », 1988.

4. Le système du droit. Philosophie et droit dans la pensée de Fichte, PUF, 1986.

5. 68-86. Itinéraires de l’individu, Gallimard, 1987 ( en collab. avec L. Ferry ).

6. Heidegger et les Modernes, Grasset, 1988 ( en collab. avec L. Ferry ) ; rééd. « Le Livre de Poche », 2001.

7. L’ère de l’individu. Contribution à une histoire de la subjectivité, Gallimard, 1989.

8. Philosophie du droit, PUF, 1991 ( en collab. avec L. Sosoé ).

9. Qu’est-ce que le droit ?, Vrin, 1992.

10. Sartre. Le dernier philosophe, Grasset, 1993 ; rééd. « Le Livre de Poche », 2000.

11. Les révolutions de l’université. Essai sur la modernisation de la culture, Calmann-Lévy, 1995.

12. L’individu. Remarques sur la philosophie du sujet, Hatier, 1995.

13. La guerre des dieux. Essai sur la querelle des valeurs dans la philosophie contemporaine, Grasset, 1996 ( en collab. avec S. Mesure ).

14. Kant aujourd’hui, Aubier, 1997 ; rééd. Flammarion, « Champs », 2000.

15. Libéralisme et pluralisme culturel, Pleins-Feux, 1999.

16. Philosopher à dix-huit ans, Grasset, 1999 ( en collab. avec L. Ferry et P.-H. Tavoillot ).

17. Alter ego. Les paradoxes de l’identité démocratique, Aubier, 1999 ( en collab. avec S. Mesure ) ; rééd. Flammarion, « Champs », 2002.

18. Histoire de la philosophie politique ( dir. ), Calmann-Lévy, 5 tomes, 2002 ( coord. par P. Savidan et P.-H. Tavoillot ).

19. La libération des enfants. Contribution philosophique à une histoire de l’enfance, Bayard/Calmann-Lévy, 2002 ; rééd. Hachette, « Pluriel », 2003.

20. Que faire des universités ?, Bayard, 2002.

21. Une éducation sans autorité ni sanction ?, avec Albert Jacquard et Pierre Manent, Nouveau Collège de Philosophie, Grasset, 2003.

22. La fin de l’autorité, Flammarion, septembre 2004.

23. Qu’est-ce qu’une politique juste ? Essai sur la question du meilleur régime, Grasset, octobre 2004.

24.Débat sur l’éthique. Idéalisme ou réalisme ( en collab. avec Ch. Larmore ), Grasset, octobre 2004.

25. Un débat sur la laïcité ( en collab. avec A. Touraine ), Stock, mars 2005

26. La Philosophie ( un livre et un cédérom, Odile Jacob, mai 2005 ( en collab. avec J.-C. Billier, P. Savidan, L. Thiaw-Po-Une ).

27. Qu’est-ce qu’un peuple libre ? Libéralisme ou républicanisme, Grasset, octobre 2005.

II. Traductions de l’allemand

1. Présentation et édition de : M. Horkheimer, Théorie critique, Payot, 1978 ( en collab. avec L. Ferry ).

2. Traduction ( en collab. ) de : Th. W. Adorno, Dialectique négative, Payot, 1978 .

3. Présentation et édition de : Philosophies de l’Université, L’idéalisme allemand et la question de l’Université, Payot, 1979 ( dans ce volume, traduction de : Fichte, Plan déductif de 18O7 ) .

4. Présentation et traduction ( en collab. avec L. Ferry ) de : Fichte, Ecrit sur Machiavel et autres textes philosophiques et politiques de 18O6-18O7, Payot, 1981 .

5. Traduction ( en collab. ) de : E. Cassirer, Les systèmes post-kantiens ( Le Problème de la connaissance, t. III ), Presses universitaires de Lille, 1983 .

6. Traduction et annotation de : Fichte, Essais philosophiques choisis, Vrin, 1984 ( en collab. avec L. Ferry ) .

7. Présentation, traduction et notes de : Fichte, Fondement du droit naturel, P.U.F., "Epiméthée", 1984 .

8. Traduction et notes de : Kant, Conflit des Facultés, Annonce d’un projet de paix perpétuelle en philosophie, D’un ton supérieur récemment pris en philosophie, in : Oeuvres philosophiques de Kant, t. II, sous la direction de F. Alquié, Bibliothèque de la Pléiade, 1986 .

9. Traduction, présentation et notes de : Fichte, Discours à la nation allemande, Imprimerie Nationale, 1992.

10. Présentation, traduction et notes de : Kant, Anthropologie, GF-Flammarion, 1993.

11. Présentation, traduction et notes de : Kant, Métaphysique des Moeurs, t. I : Fondation de la métaphysique des moeurs, Introduction générale à la métaphysique des moeurs, t. II : Doctrine du droit, Doctrine de la vertu, GF-Flammarion, 1994.

12. Présentation, traduction et notes de : Kant, Critique de la faculté de juger, Aubier, 1995 ( éd. de poche, GF-Flammarion, 2000 ).

13. Présentation, traduction et notes de : Kant, Critique de la raison pure, Aubier, 1997.

III. Articles 1973

1. Heidegger : 1927-1929, Etude critique du Débat sur le kantisme et la philosophie, "Etudes philosophiques", 1973/3, p. 355-37O .

1974

2. Système et histoire de l’Etre, "Etudes philosophiques", 1974/2, p. 197- 2O6 .

1975

3. Vers la pensée du déclin, Etude critique du Dialogue avec Heidegger, de J. Beaufret, "Etudes philosophiques", 1975/2, p. 197-2O5 .

4. Epicure et le problème de l’Etre. Sur le statut ontologique des prédicats, "Etudes philosophiques", 1975/4, p. 435-465 .

1976

5. "La nature aime se cacher", Sur le fr. 123 d’Héraclite, "Revue de Métaphysique et de Morale", 1976/1, p. 62-111 .

6. "Qu’est-ce que l’homme ?", Essai sur le chemin de pensée de M. Heidegger, "Man and World", Etats-Unis, 1976/1, p. 3-44 .

1977

7. La fin de Heidegger et la tâche de la philosophie, De Heidegger à Hegel, "Etudes philosophiques", 1977/4, p. 485-492 .

1978

8. Heidegger en question, Essai de critique interne, "Archives de philosophie", 1978/4, p. 597-639 ( en collab. avec L. Ferry ) .

1979

9. Université et système, réflexions sur les théories de l’Université dans l’idéalisme allemand, "Archives de Philosophie", 1979/1, p. 59-90 ( en collab. avec L. Ferry ) .

1980

1O. D’un retour à Kant, "Ornicar", été 198O, p. 191-2O5 ( en collab. avec L. Ferry ).

11. Philosophie, philologie ( à propos d’Epicure ), "Le Temps de la réflexion", n1, 198O, p. 393-415 .

12. La dimension éthique chez Heidegger, in : Nachdenken über Heidegger, sous la direction d’U. Guzzoni, Gerstenberg Verlag, 198O, p. 36-54 ( en collab. avec L. Ferry ) ( repris in : "Le genre humain", n°14, printemps-été 1986 ) .

1981

13. La question de l’éthique après Heidegger, in : Les fins de l’homme, Galilée, 1981, p. 23-44 ( en collab. avec L. Ferry ) .

14. La dimension esthétique des textes, "Le Français aujourd’hui", automne 1981, p. 59-65 .

1982

15. Qu’est-ce qu’une critique de la raison ?, entretien avec la revue "Esprit", avril-juin 1982, p. 89-111 .

16. Max Horkheimer et l’idéalisme allemand, "Archives de philosophie", juin 1982 ( numéro consacré à l’Ecole de Franfort, composé en collab. avec L. Ferry ).

1983

17. Penser les droits de l’homme, "Esprit", avril 1983, p. 67-84 ( en collab. avec L. Ferry ) .

18. Marxisme et déviation stalinienne, Sur l’interprétation du stalinisme dans l’école althussérienne, in : Les interprétations du stalinisme, sous la direction d’E. Pisier, P.U.F., "Recherches politiques", 1983, p. 199-226 .

19. La fondation de l’Université de Berlin ( 18O2-181O ) . Remarques sur les figures écclésiales de l’Université chez Fichte et chez Schelling, "Cahiers du C.R.E.A.", n2, mai 1983, p. 87-1O6 .

1984

2O. Philosopher après la fin de la philosophie ?, "Le Débat", janvier 1984, p. 137-154 ( en collab. avec L. Ferry ) .

1985

21. Sur l’opposition droite/gauche, Tocqueville et Jaurès, "Le Débat", janvier 1985, p. 6O-71 ( en collab. avec L. Ferry ).

22. Droits-libertés et droits-créances, R. Aron critique de F.-A. Hayek, "Droits", 2, 1985 ( en collab. avec L. Ferry ), p. 75-84 ( repris in : "L’analyste. L’homme et la cité", Montréal, n°26, été 1989, pp. 48-53 ).

1986

23. Articles Beccaria, Bentham, Burlamaqui, Clausewitz, Descartes, Heidegger, Pufendorf, Wolff, in : Dictionnaire des oeuvres politiques, sous la direction de F. Chatelet, O. Duhamel, E. Pisier, P.U.F., 1986 .

24. Y a-t-il une pensée 68 ?, entretien paru in "Le Débat", mars 1986 ( en collab. avec L. Ferry, A. Finkielkraut, K. Pomian ) .

25. La révolution introuvable ?, Lecture de R. Aron, "Pouvoirs", décembre 1986 .

26. De la philosophie comme philosophie du droit ( Kant ou Fichte ? ), "Bulletin de la Société française de Philosophie", juillet-septembre 1986.

27. Kelsen et le problème de l’autonomie du droit, "Cahiers de philosophie politique et juridique", Caen, 1986, n9, p. 7-22 .

28. Le fondement universel des droits de l’homme, "Communications", 1986, p. 27-54 ( en collab. avec L. Ferry ) .

1987

29. Le sujet en procès, in : Tod des Subjekts ?, Wiener Reihe, Oldenbourg, 1987, p. 1O8-119 ( en collab. avec L. Ferry ) .

30. Le droit naturel dans les limites de la simple raison, "Cahiers de philosophie politique et juridique", Caen, 1987, n11, p. 141-158 .

1988

31. La "déviation heideggerienne" ?, "Le Débat", n°48, janvier 1988, p. 172- 175 .

32. Les subjectivités . Pour une histoire du concept de sujet ( in : Penser le sujet aujourd’hui, coll., sous la direction de J.-L. Vieillard-Baron et E. Guibert, Méridiens Klincksieck, 1988 ) .

33. Le problème de la loi injuste . Remarques sur l’anti-juridisme contemporain, "Cahiers de philosophie politique et juridique", Caen, 1988, n°12, p. 169-182 .

34. Heidegger en France ( en collab. avec L. Ferry ), "La Lettre Internationale", n°18, automne 1988, pp. 34-36 .

35. Les révolutions modernes, "Espace-Temps", n°38-39, octobre 1988, ( "Concevoir la révolution, 89, 68, confrontations" ), pp. 98-100 .

36. Rationalisme et historicisme juridiques, La première réception de la Déclaration des droits de l’homme en Allemagne, "Droits", n°8, octobre 1988, pp. 143-15O .

37. La philosophie comme philosophie ( critique ) du droit, "Archives de philosophie du droit", 1988, pp. 91-98 .

38. Les positivismes et le droit . Du positivisme philosophique au positivisme juridique, "Cahiers de philosophie politique et juridique", Caen, n°13, 1988, pp. 11-22 .

39. La fondation fichtéenne de l’idéalisme critique, "Cahiers philosophiques", n°37, déc. 1988, pp. 11-25 .

1989

40. De la responsabilité des philosophes, "Raison Présente", n°89, 1989, pp. 67-69 .

41. Présentation ( en collab. avec S. Goyard-Fabre ) de : B. Erhard, Apologie du diable, tr. par Ph. Secrétan, Bibliothèque de Philosophie politique et juridique, Caen, 1989 .

42. Les deux logiques de l’idée de nation, "Cahiers de philosophie politique et juridique", Caen, 1989, n°14, p. 7-21 .

43. L’idée fichtéenne de nation, "Cahiers de philosophie politique et juridique", Caen, 1989, n°14, p. 189-205 .

44. L’intellectuel et l’apocalypse . Etude critique de : J.-G. Merquior : Foucault ou le nihilisme de la chaire, "Revue de Métaphysique et de Morale", 1989, n°2, p. 273-276 .

45. Fichte et la Révolution française, in : La Révolution française dans la pensée européenne, Raison dialectique, L’Age d’homme, Lausanne, 1989, p. 36-70 .

46. L’idée contemporaine du droit, in "Droits", 1989, n°10, p. 73-76 .

47. Gentz, une critique non romantique des droits de l’homme, "Cahiers de philosophie politique et juridique", n°16, pp. 123-140.

1990

48. Kant et le régicide, in : The French Revolution and the Creation of Modern Political Culture, vol. 3 : The Transformation of Political Culture, 1789- 1948, éd. par F. Furet et M. Ozouf, Pergamon Press, Oxford, 1990, pp. 213-224.

49. Politique de l’entendement, politique de la raison . De R. Aron à Fichte, in : La politique historique de R. Aron, "Cahiers de philosophie politique et juridique", Caen, n°15, janvier 1990, pp. 25-39 ( en outre : Avant-Propos du numéro ).

50. Fichte et le refus du romantisme, in : Lumières et romantisme, sous la direction de G. Hottois, "Annales de l’Institut de Philosophie de l’Université de Bruxelles", Vrin, janvier 1990, pp. 27-40 .

51. L’idée d’égalité et la notion moderne du droit. Lecture critique de Hannah Arendt, in : Egalité, Liguori editore ( sous la dir. de J. Ferrari et A. Postigliola ), 1990, pp. 61-74.

52. L’homme ou la nature, in : La nature, Vrin, sous la dir. de J.-C. Goddard, 1990, pp. 273-278.

1991

53. Préface à : E. Nolte, Les mouvements fascistes. L’Europe de 1919 à 1945, Calmann-Lévy, 1991, pp. I-XXIV ( rééd., Livre de Poche, coll. "Pluriel", 1991 ).

54. Fichte et la politique de l’entendement, "Revue de théologie et de philosophie", Lausanne, 1991/III, vol. 123, pp. 305-314 ( dossier "Approches de Fichte", éd. par I. Radrizzani ).

55. Le sujet et l’interaction, "Revue européenne des sciences sociales", Librairie Droz, Genève, tome XXIX, n°89, pp. 43-54 ( Actes du colloque "L’homme et la société. Dix ans après Piaget", éd. par G. Berthoud et G. Busino ).

56. Droit des juristes ou droit des philosophes ? Autonomie, sujet, individu, in La force du droit, éd. par P. Bouretz, Ed. Esprit, 1991, p. 229-235.

57. Le sujet de la communication, "Réseaux", printemps 1991, n°46/47 ( dossier : "La communication : une interrogation philosophique ?" ), pp. 91-103.

58. L’éthique et le droit à l’âge démocratique ( en collab. avec L. Ferry ), "Cahiers de philosophie politique et juridique", n°18 ( actes du colloque de mai 1990 ), pp. 11-22.

59. Individu, dépendance et autonomie, in : Individus sous influence, sous la direction de A. Ehrenberg, Ed. Esprit, 1991, pp. 219-234.

60. Logiques de la nation, in : Théories du nationalisme, sous la dir. de G. Delannoi et P.-A. Taguieff, Ed. Kimé, 1991, pp. 29-46.

61. L’Etat démocratique et la demande sociale, "Revue internationale de philosophie", n°179, 4/1991, pp. 441-458 ( dossier : "L’Etat", sous la dir. de S. Goyard-Fabre ).

62. "Ce qui a besoin d’être démontré ne vaut pas grand chose" ( en collab. avec L. Ferry ), in : Pourquoi nous ne sommes pas nietzchéens ( coll., Grasset, 1991 ), pp. 129-152.

1992

63. Nietzsche et la critique de la rationalité démocratique, "Cahiers de philosophie politique et juridique", n°20 ( actes du colloque de mai 1991 ), pp. 109-128.

64. Kant et l’humanisme, "Revue de philosophie politique", n°2, 1992 ( dossier : "Kant" ).

65. Qu’est-ce qu’un contrat ?, "Informations sociales", °19, 1992.

66. Libéralisme et socialisme, Philosophies et expérience, in "Concurrence et solidarité", Actes des "Semaines sociales de France", ESF, 1992.

67. Fichte : le droit sans la morale ?, "Archives de Philosophie", tome 55, Cahier 2, avril-juin 1992.

68. L’esprit de la corrida, in : "La règle du jeu", n°6, printemps 1992, Paris.

69. Philosopher après le dernier philosophe, "Le Débat", numéro 72, nov.-déc. 1992.

70. La naissance de la pensée contre-révolutionnaire chez Jacobi et Gentz, in : L’institution de la raison. La révolution culturelle des idéologues, sous la dir. de F. Azouvi, Vrin/EHESS.

1993

71. Genèse du couple Etat-société, "Projet", n°233, janvier 1993.

72. Habermas ou Rawls ?, "Réseaux", septembre 1993.

73. Penser le sujet de droit aujourd’hui, in "Cahiers du LASA", Caen, n°15-16, Premier semestre 1993 ( "Bioéthique, ville, citoyenneté" ).

1994

74. Sartre et Heidegger, in : La réception de la philosophie allemande en France aux XIXe et XXe siècle, sous la direction de J. Quillien, Presses Universitaires de Lille.

75. Individualisme démocratique et culture humaniste, in : L’individualisation de la formation en question, sous la dir. de J. Besançon, Ph. Maubant et C. Ouzilou, Paris, La documentation française.

76. Etat de droit et sujet de droit, in : Cahiers de philosophie politique et juridique, Caen, n°24.

77. L’éthique aujourd’hui : entre fondation et application, in : "Philosopher", Montréal, n°16 ( Le défi éthique : enjeux et perspectives ).

78. Faut-il être ce que l’on est ?, in : Politesse et sincérité, Editions Esprit, Paris.

1995

79. Naturalisme ou humanisme ?, "Philosophie politique", n°6.

80. L’avènement de l’individu comme dissolution du sujet, in : Individualismes et individualité, sous la dir. de J.-F. Côté, Septention, Montréal.

81. Pourune visionutopiquedes toros, in : Tauromachie. Mythes et réalité, Ed. du Félin, Paris.

82. Fichte aujourd’hui : actualité de la Doctrine de la Science, in : "Les Cahiers de Philosophie", n° hors série : Fichte, Lille.

83. Une philosophie française de l’université allemande. Le cas de Louis Liard, in : "Romantisme", n°88, Paris, 1995-2.

84. Présentation de : Ridha Chennoufi, Droit et méthode chez Hans Kelsen Publications de la faculté des sciences humaines et sociales de Tunis, série 6è, vol. XII, Tunis.

1996

85. Sartre et Heidegger,in "Raison présente", n°117.

86. Philosophie et université, in "Le Magazine littéraire", janvier 1996.

87. Refonder la sanction, in "Sanction et pratique éducative", Ecrits de Buc, décembre 1996.

1997

88. La nation entre identité et différence, in "Revue de Philosophie politique", n°8, avril 1997, p. 119-135.

89. Garantir la paix, in : Kant. L’année 1795, Actes du Colloque d’Ottawa de 1993 ( sous la resp. de P. Laberge ), Vrin, 1997.

90. La place de l’anthropologie dans la théorie kantienne du sujet, in : Kant. L’année 1798, Actes du colloque de Dijon de 1994 ( sous laresp. de J. Ferrari, Vrin, 1997.

91. L’Université comme culture, in : "Cahiers de l’ADMES", n°10 ( Les premiers cycles universitaires ).

92. Le multiculturalisme et la question du lien social : un dépassement du modèle républicain ?, in : Culture républicaine, citoyenneté et lien social, CRDP de Bourgogne, décembre 1997 ( Actesducolloquede Dijon, 1996-1997 ).

1998

93. Présences du kantisme,in :"Magazinelittéraire",n°spécialsurlaphilosophiemorale,janvier1998.

94.Uneinstitutionconservatrice( A propos du Collège International de Philosophie ), in : "Le débat", n°98, janvier-février 1998.

94. Libéralisme politique et polythéisme des valeurs, in : S. Mesure (éd. ), La rationalité des valeurs, PUF, février 1998 ( Actes du colloque de la Sorbonne, 1996 ).

95. La question de la justice dans les problématisations contemporaines du droit, in : L. Cournarie et P. Dupond ( éd. ), penser la justice, Dioti, n°3, CRDP Midi-Pyrénées, juin 1998.

96. Les paradoxes de l’identité démocratique, in : Citoyenneté et identité, Actes de la 2ème Université Nationale de la Citoyenneté, juillet 1998, N°2, Pau.

97. Entre universalisme et relativisme, in : Quelles valeurs pour demain, Neuvième forum Le Monde Le Mans, Seuil, 1998.

98. Sur l’enseignement de la philosophie. Clarifier les possibles, in : Le Débat, Gallimard, n°101, septembre-octobre 1998.

99. La raison pratique et la question de l’application ; remarques sur la typique de la faculté de juger pure pratique, in : La vie des normes et l’esprit des lois, sous la dir. de L.K. Sosoé, Montréal, Harmattan, 1998.

1999

100. Préface à : A.W. Rehberg, Recherches sur la Révolution française, tr. par L.K. Sosoé, Vrin.

101. Habermas, Apel et nous, in : Sujectivité, démocratie et raison pratique, sous la dir. de L. K. Sosoé, Montréal, Harmattan ( en collab. avec L. Ferry ).

102. L’autorité malmenée, débat avec P. Manent, F. Dubet, H. Vacquin, F. de Singly, « Le Monde des débats », mars 1999, n°1.

103. Le renouveau de la philosophie politique, entretien, « Le Magazine littéraire », n° 380, octobre 1999.

104. Pour une histoire critique de la philosophie, « Les Etudes Philosophiques », octobre-décembre 1999

105. La guerre des dieux. Remarques sur les fondements philosophiques du multiculturalisme, in : K. Mellos et P. Savidan ( éd. ), Pluralisme et délibération. Enjeux en philosophie politique contemporaine, Presses de l’Université d’Ottawa, décembre 1999.

2000

106. Libéralisme, républicanisme et éducation civique, « Présences de la recherche à l’IUFM de Paris », n°2, janvier 2000.

107. La philosophie politique n’est pas morte à Auschwitz, entretien, « Le Monde de l’éducation », n°279, mars 2000.

108. L’Etat fichtéen : sur quelques apories du républicanisme, in : S. Goyard-Fabre ( éd. ), L’Etat moderne, 1715-1848, Vrin.

109. Lévinas et Kant, in : J.-L. Marion ( éd. ) : E. Lévinas. Positivité et transcendance, suivi de : Lévinas et la phénoménologie, PUF.

110. L’Université libre. 1875, Hors-série du Nouvel Observateur, n°40, avril 2000.

111. Républicanisme et modernité, « Cahiers de Philosophie de l’Université de Caen », 2000, n°34 ( « Libéralisme et républicanisme » ).

112. Droits de l’individu ou droits du groupe ?, « Cahiers français », La Documentation française, n°296, mai-juin 2000 ( « Les libertés publiques » ).

113. Présentation de : Herder, Histoire et cultures ( « Une autre philosophie de l’histoire », avec des extraits des « Idées pour la philosophie de l’histoire de l’humanité », rééd. des trad. De Max Rouché ), GF Flammarion.

114. Le crime contre l’humanité, le droit humanitaire et la Shoah, « Philosophie », septembre 2000, numéro 67.

115. Le débat français sur les langues régionales, « Comprendre », PUF, septembre 2000, n°1 ( « Les identités culturelles » ).

116. Libéralisme et pluralisme culturel, in : Le droit et la république ( éd. par A. Stanguennec ), Editions Pleins Feux, 2000, p. 17-54 ( conférences de la Société Nantaise de Philosophie, 1998-1999 ).

117. Les paradoxes modernes de l’identité, in : Identités culturelles en Europe et en Extrême-Orient, Actes de l’Université d’étré francophone des pays d’Asie du Sud-Est ( 1998 ), UPAS, éd. par H. Poitevin et V. Lai-Téhio, Singapour, 2000, p. 105-132.

118. Une politique de la différence est-elle possible ?, in : Identités culturelles en Europe et en Extrême-Orient, Actes de l’Université d’étré francophone des pays d’Asie du Sud-Est ( 1998 ), UPAS, éd. par H. Poitevin et V. Lai-Téhio, Singapour, 2000, p. 133-148.

119. Présences contemporaines du kantisme, in : Kant actuel, Hommage à Pierre Laberge, éd. par F. Duchesneau, G. Lafrance et C. Piché, Bellarmin-Vrin, 2000, p. 31-50.

2001

120. Débat avec Pierre Manent. La question de l’autorité : Modernisation du lien familial ?, « Comprendre », PUF, n°2

2002

121.L’expert ou le leader ? Remarques sur la figure contemporaine du politique, « Comprendre », PUF, n°3

122. Alter ego : remarques sur les figures contemporaines de l’identité, in : C. Michon ( éd. ), Christianisme. Héritages et destins, Livre de Poche, Biblio-Essais

2003

123. Le politique aujourd’hui, « Raison Publique », Bayard, n°1

124. Remarques sur « La libération des enfants », Le Débat du Débat, « Le Débat », Gallimard, septembre 2003.

125. Questions à Jürgen Habermas, in J. Habermas, L’éthique de la discussion et la question de la vérité, Le Nouveau Collège de Philosophie, Grasset.

2004

126. L’enfant à l’épreuve de ses droits, in : F. de Singly ( éd.), Enfants-adultes, vers une égalité des chances ?, éd. Universalis.

127. Une république multiculturelle, in : P. Savidan ( éd. ), La République ou l’Europe ?, Le Livre de Poche, Biblio-Essais.

128. Qu’est-ce qu’une politique juste ? Essai de philosophie politique appliquée, in "Politique et sociétés", vol. 22, n°3, 2003, Canada.

IV. En langues étrangères

IV,1.Traductions d’ouvrages ou d’articles parus en français

1. Filosofare dopo la fine della filosofia, "Nuovi Argumenti", avril-juin 1984, p. 48-64 ( en collab. avec L. Ferry ) .

2. Antihumanistisches Denken. Gegen die französischen Meisterphilosophen ( tr. de La Pensée 68 ), Hanser, Munich, 1987 .

3. Il pensiero 68, Saggio sull’antiumanismo contemporaneo, Rizzoli, Milan, 1987 .

4. Pensiamento 68, Ensaio sobre o anti-humanismo contemporâneo, Editoria Ensaio, Sâo Paulo, Brésil, 1988 .

5. Traduction japonaise de La Pensée 68 et 68-86, Hosei University Press, Tokyo, 1988 .

6. Heidegger and Modernity, The University of Chicago Press, 1990.

7. French Philosophy of the Sixties. An Essay on Antihumanism, The University of Massachussets Press, 1990.

8. Filosofia politica. De los derechos del ombre a la idea republicanea, Fondo de cultura economica, Mexico, 1990.

9. La era del individuo. Contribucion a una historia de la subjectividad, tr. par J. Nicolas, éd. Destino, Barcelone, 1992.

10. Chapitre : Foucault, et chapitre : Kant and Fichte, in : New French Thought. Political Philosophy, éd. par Mark Lilla, Princeton University Press, 1994.

11. Traduction japonaise de L’ère de l’individu, Hosei University Press, Tokyo, 1997.

12. The Era of the Individual, tr. américaine de : L’ère de l’individu, Princeton University Press, octobre 1997.

13. O Individuo. Reflexao acerca da filosofia do sujeito, tr. portugaise ( Brésil ) de : L’individu. Réflexions sur la philosophie du sujet, Rio de Janeiro, Difel, 1998.

14. Trad. Japonaise de Sartre, le dernier philosophe, Hosei University Press, Tokyo, 1998.

15. Trad. Japonaise de La Pensée 68, Hosei University Press, Tokyo, 1998.

16. Era individului, tr. roumaine de L’ère de l’individu, Institutul European, Bucarest, 1998.

17. The Era of the Individual, tr. de : L’ère de l’individu, éd. indienne, Delhi, Motival Banarsidass publishers private limited, 2000.

IV,2. Publications originales en langues étrangères

1. Fichte i problem autonomii prawa ( Fichte et le problème de l’autonomie du droit ), "Studie filozoficzne", Pologne, n°7, 1985, p. 69-113 .

2. Il caso Heidegger in Francia, in : Heidegger in Discussione, éd. par Fr. Bianco ( avec des textes, notamment, de K.O. Apel, H. Ott, O. Pöggeler, P. Ricoeur, etc. ), FrancoAngeli, Milan, 1992.

3. Sartre, den sidste filosof, entretien avec la revue : Slagmark, Copenhague, février 1994.

4. Ursprünge der französischen Hochschulkrise, in : Blätter für deutsche und internationale Politik, 1996-5, Bonn.

5. Transzendentale Dialektik, Einletung und Buch I, in Kritik der reinen Vernunft ( kooper. Kommentar ), éd. par

G. Mohr et M. Willaschek, Akademie Verlag, Berlin, 1998.

6. El futuro de la ética, Galaxia Gutenberg, Circulo de Lectores, Barcelone, 1998, ouvr. original, 118 p.

7. Demokrasi, Kimlik ve Yurtaslik Baglaminda, in : Cumhuriyet, éd. par N. Bilgin, Izmir, 1999.


Dans cette rubrique

Enseignements 2006-2007

Enseignements 2005-2006

Enseignements 2007-2008

Enseignements 2008- 2009