Accueil du site > Liste à établir > Archives > Activités de l’année 2004-2005 > "Le service public entre Etat et (...)

"Le service public entre Etat et société : théorie, trajectoire, modernisation"

Ces trois séances de l’Observatoire européen des politiques universitaires auront lieu dans le cadre du Séminaire I, sous la responsabilité du Professeur Alain Renaut et de Ludivine Thiaw-Po-Une (ATER) : le jeudi 17 mars, le jeudi 31 mars, le jeudi 14 avril, Amphithéâtre Cauchy, de 18 h 00 à 20 h 00

Présentation

Le service public ( qui regroupe les secteurs de l’éducation nationale, de la santé, des transports, de la poste, etc. ) est pour une large part, sous la forme que nous lui connaissons, une spécificité française. Régulièrement critiqué, durant ces dernières décennies, par des politiques, des philosophes ou des juristes néo-libéraux, il constitue en tout cas aujourd’hui pour beaucoup un objet d’interrogation, en vue d’y introduire des dimensions de concurrence et d’autonomie à laquelle il semble répugner par essence. Dans ce contexte, il apparaît plus nécessaire que jamais de remonter à la théorie même du service public, telle qu’elle s’est trouvée forgée sous la Troisième République en accompagnant la construction de l’Etat républicain ( M. Hauriou, L. Duguit ) : non sans paradoxe, la théorie du service public a été édifiée en effet dans le cadre d’une philosophie libérale, « pour combattre le caractère à la fois arbitraire et impérieux de la notion de puissance publique », en sorte qu’elle était originellement « destinée à déterminer les limites d’un Etat dont la seule finalité est d’organiser des services publics et qui, au-delà, n’a aucun titre à agir » ( Evelyne Pisier, Le service public dans la théorie de l’Etat de Léon Duguit, Paris, LGDJ, 1972 ). A partir de ce qu’il est advenu désormais du service public, notamment dans le cas du service public universitaire, on s’interrogera donc sur la logique de ce devenir et sur la possibilité de réactiver, sous la forme d’une modernisation de son fonctionnement, la philosophie des rapports entre Etat et société qui était originellement solidaire de sa création.

A.R. et L. T.-P.-U.


Dans cette rubrique